Guerre au Smart Monde

Gueule de bois énergétique et cyber-misère

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral


Cartographie des réseaux du pouvoir


Ressources

Contact

map:org:alstom

Alstom

Areva

Patrick Kron ancien PDG

Grégoire Poux-Guillaume ancien Vice-Président Alsto-Grid

Henri Poupart-Lafarge ancien Directeur Financier d'Alstom

Bio

En 2015, Emmanuel Macron , devenu ministre de l’économie en remplacement d’Arnaud Montebourg, tient le même discours devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale : « Le Gouvernement a été mis devant le fait accompli […] et s’est trouvé face à un projet totalement ficelé »1)

« C’est le Venezuela sans le soleil », s’exclama Emmanuel Macron quand Arnaud Montebourg proposa d’élaborer un décret pour permettre à l’État de mettre son veto à toute vente d’entreprises stratégiques.2)

« Côté Alstom, on comptait dix cabinets d’avocats, deux banques conseils (Rothschild & Co, Bank of America Merrill Lynch) et deux agences de communication (DGM et Publicis). Côté General Electric, on comptait trois banques conseils (Lazard, Crédit Suisse, et Bank of America), l’agence de communication Havas et de nombreux cabinets d’avocats », relève le rapport d’enquête parlementaire, assez halluciné par la débauche de moyens mis en œuvre pour acheter la décision du gouvernement. Le groupe Alstom a dépensé 276 millions d’euros en conseils de tout ordre lors de cette vente. GE n’a pas révélé le montant de ses dépenses mais elles doivent être du même ordre. Ces sommes sont sans proportion avec ce qui se pratique normalement. D’habitude, les commissions de banquiers, d’avocats de communication représentent 1 à 2 % du montant total de l’opération. Là, elles s’élèvent à plus de 9 %.3)

map/org/alstom.txt · Dernière modification: 2019/07/23 23:36 par smart